Découvrez la fascinante histoire du peuple Sénoufo

Bittik vous amène aujourd’hui à la rencontre d’un peuple dont les origines sont anciennes mais dont le mode de vie reste indéniablement actuel. Agriculteurs nés, artisans pacifiques, musiciens… Bienvenue chez les Sénoufos.

 tissu senoufo afrique


Contexte


La Côte d’Ivoire est réputée pour sa grande diversité ethnique (plus de 60 ethnies), représentant donc un incroyable mélange de cultures, de langues et de modes de vie. Parmi ces peuples, un des plus importants est le peuple Sénoufo qui représente 9,7% de la population ivoirienne. Il est aussi présent au Mali et au Burkina Faso. Nous ne sommes pas certains de la date exacte de l’apparition de ce peuple, mais il semblerait qu’elle remonte au premier millénaire.


De grands cultivateurs 

Premiers habitants de l’actuelle Côte d’Ivoire, les Sénoufos habitent le pays de Korhogo au Nord de la Côte d’Ivoire. Située sur des plateaux de 350 à 400 mètres d’altitude, la région regorge de champs de maïs, de mil et de riz, des rizières et des villages y sont dispersés au milieu de forêts de bois sacrés. La société Sénoufo, grâce à la richesse de son territoire, comprend un grand nombre d’agriculteurs et de grands cultivateurs. Ils cultivent le fonio, les haricots, les patates douces, l’igname, les arachides, le sésame, le tabac, le coton… et possèdent de larges vergers de manguiers, d’orangers, de bananiers...Le peuple Sénoufo se nomme d'ailleurs aussi les Siénas qui signifie “ceux qui travaillent aux champs”. 

Le peuple Sénoufo prospère pacifiquement, dans une organisation efficace. 


Des origines légendaires 


Les Sénoufos occupent un territoire qui aurait été peuplé avant eux par les Mandébélés : un peuple itinérant qui vivait principalement de la chasse et qui cultivait le mil lorsqu’il lui arrivait de se sédentariser quelque temps. Les Sénoufos se seraient largement inspirés d’eux en ce qui concerne l’agriculture et le système éducatif. Ces derniers se sont mis eux aussi à cultiver le mil et ont fini par se sédentariser. Ils sont donc devenus sédentaires tout en étant des chasseurs. Ils auraient ainsi fini par effrayer les Mandébélés qui partirent en retrait dans la brousse et finirent par disparaître sans laisser de traces. Depuis, la légende dit que les Mandébélés vivent cachés dans des arbres, qu’ils ont le pouvoir d’invisibilité et qu’ils sont les "génies de la forêt", des sortes d’esprits auxquels les Sénoufos rendent hommages en les représentant par des statuettes aux pieds et aux mains inversés. C'est ainsi que ceux-ci agrandirent leur territoire et se séparèrent nécessairement en différentes tribus. Jamais les très pacifiques Sénoufos n’ont délogé ni chassé d’autres peuples, ils n’ont aucun récit de conquête. Certains récits disent même que le premier Sénoufo fut créé par Dieu lui-même et placé tel quel dans leur habitat actuel.  


La société Sénoufo 

village senoufo

Les villages Sénoufo sont construits de façon circulaire. En leur milieu se dresse le bâtiment du chef du village, rectangulaire et bâti sur un ou deux étages autour duquel on trouve les cases rondes couvertes d’un toit de chaume. Ce qui crée une certaine irrégularité en tout points fascinante. La place du village se situe à l’extérieur et est réservée aux cérémonies. 

A partir de sept ans, les Sénoufos suivent des rites initiatiques dans les bois sacrés qui entourent leurs villages, le rite le plus important est celui du Poro (qui signifie rituel), il nécessite beaucoup de temps si ce n’est une vie entière (trois retraites  d’une durée d’un mois, dans les bois, tous les sept ans). 

Au sein de la société Sénoufo il existe une grande quantité d’artisans et de métiers différents, pour n’en citer que quelque-uns : des forgerons travaillant le bois, le fer et le cuir ; les femmes sont teinturières ou travaillent la poterie ; des bijoutiers travaillent le cuivre et les koulés spécialisés dans la fabrication des masques religieux et des statues, travaillant également le bois. Les chants, la musique et la danse ont aussi une place très importante car ces arts racontent les histoires, vectrices des cultures et des traditions. 


L’art(isanat) Sénoufo

coupelle artisanat senoufo


A Korhogo on retrouve les célèbres masques polychromes, des statuettes, des poteries, des objets en bois, des toiles aux diverses teintes… tant d’objets issus de cette culture aussi riche que vaste.

En effet, les rituels initiatiques Poro ont généré une multitude d’objets à la puissance artistique reconnue par tous, et surtout par les Occidentaux, les ayant érigés au rang de véritables objets d’art. Le peuple Sénoufo, encore essentiellement empreint d’artisanat, s’inspire aujourd’hui des savoirs ancestraux et des techniques de fabrications de ses Anciens. C’est ce que nous pouvons constater à la vue de ces objets en bois au design si particulier, épuré et inspiré directement des objets en bois fabriqués par les koulés.

Cette culture, aussi ancienne soit-elle, continue pourtant d’inspirer en Afrique comme ailleurs, la fabrication d’objets utilitaires aux formes résolument contemporaines comme nos magnifiques soliflores ou nos coupelles en bois Bintou.

 

 

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

LIVRAISON GRATUITE

À partir de 100 euros d'achats

VOS QUESTIONS
SERVICE CLIENT

Les filles de Bittik sont à votre disposition pour toute question sur nos articles ou votre commande.

CLICK & COLLECT

Récupérez votre commande gratuitement